thematique

Ma cantine en ville

Voyage au cœur de la cuisine de rue

De New York à Hanoï, de Berlin à Antananarivo, de La Paz à Bamako, de Londres à Bordeaux, de Moscou à La Havane, l’exposition Ma cantine en ville propose au public un panorama mondial des pratiques actuelles liées à la restauration de rue. Coproduite par VIA et la Cité d’architecture & du patrimoine, cette exposition inaugurale du concours de microarchitecture Mini Maousse 5 (1) rassemble, à la manière d’un carnet de voyage, une multitude de documents qui témoigne de la diversité des contextes et des usages liés à cette activité, ainsi que de la capacité d’adaptation des individus à leur environnement.

Le contenu de l’exposition est le résultat d’un appel à contribution lancé en début d’année auprès de designers, architectes, enseignants et, plus largement, auprès de tous les esprits observateurs et voyageurs. L’objectif annoncé était de rassembler des informations sur la manière dont les aliments sont transportés, transformés, distribués et consommés dans l’espace public et comment cela se traduit matériellement. La centaine de dossiers reçus a permis aux commissaires – Fiona Meadows (Cité de l’architecture & du patrimoine) et Michel Bouisson (VIA) – de dresser une cartographie assez fine des principaux types de dispositifs utilisés dans l’espace urbain. Des dispositifs qui proposent différentes organisations cohérentes pour l’espace de stockage et le mode de conservation, la zone de préparation et le mode de cuisson, la valorisation de la nourriture proposée et, pour nombre de projets, la manière de rendre mobile ces ensembles.

Les centaines de documents – photographies, vidéos, cartographies, croquis, dessins – et des objets font état de la diversité des situations, des contextes et des pratiques. Ils dressent ainsi le portrait d’un monde contemporain pris dans le vertige de l’extension de ses villes, de leur densité humaine et des flux qui les parcourent. En observant cette occupation enracinée au cœur de toutes les collectivités humaines, Ma cantine en ville atteste de l’intarissable imagination des individus à développer et adapter leur activité dans une économie qu’elle soit régulée ou informelle et à préserver ou questionner les notions de sociabilité et de civilité. Une section de l’exposition aborde d’ailleurs plus particulièrement la question de l’innovation sociale – recherche de réponses nouvelles aux problèmes sociaux, pour améliorer le bien-être individuel et collectif – et présente 27 cuisines de rue réalisées récentes de plasticiens, d’architectes ou designers, une dernière section présente le regard d’artistes, à travers dix-huit photographies issues de l’exposition Arts & Food, soutenue par l’Institut français, et destinée à une circulation internationale*.

*Elles ont été présentées à l’occasion de l’édition 2011 du Festival international de la photographie culinaire, dont la prochaine édition, qui se tiendra du 24 octobre au 11 novembre 2012, intègrera Ma cantine en ville dans son parcours. Pour en savoir plus : www.festivalphotoculinaire.com

Cette exposition est réalisée avec le soutien de

Bibliographie suggérée

  • Carla Diamanti, Fabrizio Espozito, (trad.) Flore Giordanengo, Street food: Tour du monde des délices sur le pouce, Editions HF Hullmann, 2011, 192 p ;
  • Claude Fishler, L’homnivore : le goût, la cuisine et le corps, Editions Odile Jacob, coll. Poches, Paris, 2001, 448 p ;
  • Claude Lévi-Strauss, Mythologiques - Le cru et le cuit, Editions Plon, Paris, 1978, 404 p ;
  • Faustine Régnier, Anne Lhuissier, Séverine Gojard, Sociologie de l’alimentation, Editions La découverte, coll. Repères, Paris, 2006, 121 p ;
  • François Ascher, Le Mangeur hypermoderne, une figure de l’individu éclectique, Editions Odile Jacob, Paris, 2005, 330 p ;
  • Gilles Fumey, Géopolitique de l’alimentation, Editions Sciences Humaines, coll. Petite bibliothèque de Sciences Humaines, Auxerre, 2008, 127 p ;
  • Gilles Fumey, Manger local, manger global : l’alimentation géographique, CNRS Editions, coll. Géographie, Paris, 2010, 160 p ;
  • Jean-François Mallet, Marie-Paule Jaulme, (préf.) Jean-Louis André, Take-away : 500 photographies de Jean-François Mallet, 120 recettes de cuisine de rue dans le monde, Editions de La Martinière, Paris, 2012, 383 p ;
  • Jean-Louis Flandrin, Massimo Montanari, Histoire de l’alimentation, Editions Fayard, Paris, 1996, 915 p ;
  • Jean-Pierre Poulain, Jean-Pierre Corbeau, Penser l’alimentation. Entre imaginaire et rationalité, Editions Privat, Toulouse, 2002, 206 p ;
  • Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’alimentation, Les mangeurs et l’espace social alimentaire, PUF, coll. Sciences sociales et sociétés, Paris, 2002, 286 p ;
  • Julia Csergo, Casse croûte, aliment portatif, repas indéfinissable, Editions Autrement, coll. Mutations, Paris, 2001, 243 p ;
  • Massimo Montanari, (préf.) Jean-Pierre Devroey, (trad.) Paul-Louis van Berg, Le manger comme culture, Editions de l’Université de Bruxelles, coll. UB lire Fondamentaux, 2010, Bruxelles, 150 p ;
  • Mathilde de L’Ecotais, Street Marx : New-York, Jérusalem, Bangkok, Tokyo, Rodez, Editions du Rouergue, coll. Rouergue Litter, 2011, 208 p
  • The world's best street food : Where to find it and how to make it, Lonely Planet Publications, coll. Lonely Planet General Pictorial, Londres, 2012
  • Richard Johnson, Street Food Revolution, Kyle Books, Londres, 2011, 192 p;
  • Sephi Bergerson, Street Food of India, Roly Books, New-Delhi, 2009